Chargement...
Vous êtes ici:  Accueil  >  Préparer son déménagement  >  C’est l’histoire d’un petit monticule

C’est l’histoire d’un petit monticule

Vous avez fait le tour de votre appartement, il est complètement vide. Vous observez, fier, la montagne de cartons que vous venez de finir d’emballer et de stocker provisoirement dans votre salon. Il ne vous reste plus qu’à traiter le cas de ce petit tas. Un tas informe, multicolore, multi-matière, qui regroupe l’ensemble des choses dont vous ne savez que faire. Il y a des habits trop petits, des assiettes trop grandes, des cadenas sans clef et des clefs sans cadenas. Il y a des panneaux routiers aussi, allez savoir pourquoi. Vous prenez votre souffle et prenez une décision : il faut s’en débarrasser.

Think « ecolo »

L’idée de tout jeter dans une forêt vous a peut-être traversé l’esprit mais quand on y pense, c’est pas génial. Votre municipalité a mis en place un service qui permet de vous débarrasser facilement de vos chaises à 3 pieds et autres ovnis ayant connu quelques années de vie agitée dans votre appartement. Si vous êtes Parisien, il vous suffira de contacter le Service des Encombrants (si vous habitez en province, Google vous trouvera un contact officiel en un clic). Vous avez la possibilité de déposer ces objets directement dans une décharge municipale (pour Paris, c’est par), ou bien de vous les faire enlever au pied de votre immeuble, gratuitement, dans la limite de 3m3. Vous prenez rendez-vous, entreposez tout ça en bas de chez vous et des gros bras s’occupent du reste. Il vous suffit juste de les déposer du lundi au samedi entre 6h et 8h, ou entre 12h et 14h, en scotchant sur l’un des objets la confirmation imprimée de votre demande qui comprend votre numéro de dossier.

Vous pouvez également donner sur Freecycle, réseau de près de 10 millions de membres à travers le monde. La vraie particularité, c’est que tous les objets y sont gratuits. Un objet inutile pour vous et qui aurait fini dans une décharge (un pot de peinture à moitié vide, une trottinette sans roue) ne l’est pas forcément pour tout le monde (un bricoleur ingénieux). Pour preuve: 32,000 objets sont échangés quotidiennement via cette plateforme maline.

Think « collaborative »

Vous avez peut-être en stock des affaires dont vous pourriez tirer un peu d’argent. Si Costockage.fr propose du stockage entre particuliers, des cousins de la consommation collaborative proposent de se vendre des sapes entre vous. On pense à Vestiaire Collective (ex Vestiaire de Copines), orienté luxe, ou à Vide Dressing, qui vous permettent de revendre vos habits à d’autres accrocs de la mode (nos amis les hommes, vous êtes les bienvenus sur ces sites. Dehors les clichés!).

Think « solidarité»

Certaines de vos affaires ne vous serviront plus, inutile de vous creuser la tête pendant des heures ou de louer un garage à Paris pour les entreposer. Certains organismes seront ravis de récupérer vos vêtements et autres objets courants utiles aux plus démunis. Vous pouvez, par exemple, contacter (liste non exhaustive) :
Emmaüs (se déplacent à domicile dans certains arrondissements de Paris)
Le Relais (collectent les objets dans des conteneurs publics, et se déplacent à domicile pour les grandes quantités)
Secours Catholique (contactez votre agence départementale par téléphone pour savoir si votre don peut les intéresser ou non)
Les Petits Frères Des Pauvres (vos dons seront vendus lors de ventes spéciales au profit de l’association)

Et si vous ne voulez pas déménager vos boites de conserves et autres réserves de Kinder Pingui (ou bien même des jouets ou des bouquins), n’oubliez pas nos amis des Restaus !

Si vous pensez à un bon plan quelconque qui compléterait ce bréviaire du dégraissage pré-déménagement, n’hésitez pas à nous en faire part. Juste en dessous, là.

    Imprimer       Email